samedi 9 mai 2009

QUATORZE

Je m' accuse donc d' avoir les mains grises
d' avoir peur


Je fume , je fume
je me méfie de mes poumons et de tout mes organes
alor je fume ,
Le coeur qui pompe , pompe pas
La terre qui tourne autour de la lune comme si nos ventricules pouvaient filtrer nos pensées

Je regardais dans mon coeur grâce à une ouverture pratiquée entre la troisième et la quatrième côte
Ce paysage est adulte
doux et pénible
doux et pénible
Le ciel est circulaire
Par dessus les nuages qui nous cachent de la face habitée de la Lune Il y a les étoiles qui bruissent quand leurs rayon se fraye un frêle chemin entre les feuilles des feuillus

Appelez ça le climat de honte heureuse
Entouré de cellules de lumières et de poussières dansante
qui tracent des lignes brisée , peinte , sur le plafond lunaire

Tu peut prendre note du tracé des longitudes et de latitudes qui correspondent exactement à chaque point où pourrais se jouer un drame quelconque dans les jours qui viennent

La terre est ronde les continents s' éloignent
Combien de secondes ne se sont pas écoulée depuis que le monde est né

Aucun commentaire:

Publier un commentaire