mercredi 5 août 2009

vingt-deux

Par la fenêtre arrière

Je vis une très belle jeune femme
Qui gesticulais et qui courrais
Elle était nue

Avant longtemps , parce que je refusais de me laisser m' enfuir ; la jeune femme avait disparu
Elle aurais pu s asseoir sur mes genou
Elle aurais pu me dire quelques mots

Mais elle incarnait le vide ; la vitesse à laquelle je comble n' importe quelle sorte de vide se présente à moi grâce à diverses images faciles

Le climat créé d' un seul coup
La même fébrilitée ou la surprise compte plus que tout

J allume une autre cigarette
Je dois me rappeler à l' ordre
Je ne suis plu tout à fait contre l' ordre maintenant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire